Grâce à Maurice Denis, le domaine de la Roche-Jagu ne connaît pas la crise

Publié le par ebft

«Une saison exceptionnelle», s'accorde à dire l'équipe de LaRoche-Jagu. Non seulement le domaine ne connaît pas la crise, mais ses chiffres de fréquentation explosent.

S
i le domaine départemental de La Roche-Jagu ne connaît pas la crise, Maurice Denis y est sans doute pour quelque chose. Mais pas seulement car, à l'heure du bilan estival, tous les chiffres de fréquentation sont à la hausse. L'exposition consacrée au peintre Nabi et la Bretagne, réalisée en partenariat avec le musée de Pont-Aven a, en effet, dopé la fréquentation: plus de 42.000visiteurs contre 32.000pour l'exposition temporaire de 2008, soit 35% de plus.

Plus de 200.000 personnes

Alors que les autres années, le gros des visiteurs de l'exposition était attendu en juillet et août, ils ont été nombreux à affluer dès le premier jour, le 6juin, et jusqu'au dernier, le 5octobre. Il y a eu tellement de monde cet été qu'«il a fallu gérer les flux. Impossible d'assurer les visites guidées», reconnaissent les membres de l'équipe. Les contraintes imposées par le bâtiment (escaliers en pierre, passages étroits, pas d'ascenseurs, manque d'issue de secours, etc.) n'ont pas non plus facilité les choses. Pour répondre à d'éventuelles réclamations, le personnel a fait plusieurs nocturnes et étendu les horaires d'ouverture. Quant à l'ouvrage consacré à l'exposition, il est épuisé depuis le mois d'août.

Recettes en hausse de 50%

Les recettes de la boutique sont d'ailleurs en hausse de50%: elles passent de150.000EUR en 2008 à 240.000EUR en 2009. La fréquentation du parc, accessible gratuitement toute l'année, est estimée, elle, à environ 200.000personnes en 2009, soit 25% de plus qu'en 2008. Sont inclus dans ces chiffres, les 32.300 spectateurs enregistrés à l'occasion des spectacles, 66répartis sur 41dates, gratuits eux aussi, et les animations nature avec des pics tels que la Fête des jardins (19.000visiteurs). Côté jardins, «la pression publique a laissé des traces», reconnaît le jardinier en chef. Du travail en perspective donc, en plus des nouveaux aménagements qui seront réalisés cet hiver, comme des rampes d'accès aux handicapés. Le service, renforcé par l'arrivée de trois apprentis, réfléchit d'ores et déjà à se mettre en accord avec le projet d'expo de l'année prochaine: la couleur dans tous ses états.

Catherine Merrer

Source le télégramme édition du 7 Octobre 2009

Publié dans musée de Pont-Aven

Commenter cet article