Deux conférences sur Gauguin

Publié le par ebft

A l'occasion du centenaire de la mort de Gauguin, la Maison Marie-Henry et les Amis du Pouldu vont accueillir deux spécialistes du peintre, en la chapelle Notre-Dame de la Paix, au Pouldu.


Le mardi 22 juillet, Denise Delouche évoquera «Gauguin et la couleur», et le 29 juillet, ce sera au tour de Caroline Boyle Turner pour «L'influence de Gauguin sur la peinture moderne». Les conférences débuteront à 20 h 30.

La Bretagne inspiratrice

Denise Delouche est professeur émérite à l'université de Rennes. Docteur es lettres, historienne d'art, elle est l'auteur de nombreux ouvrages. Elle a dirigé le Centre de recherche sur les arts en Bretagne, animant la revue «Arts de l'Ouest» Personne n'a oublié cette bible, «Les peintres de la Bretagne», hélas épuisée depuis longtemps, ouvrage qui a mis en évidence la spécificité de notre province dans l'art du 19 e et 20 e siècle. L'auteur a beaucoup écrit sur Gauguin, signalons entre autres son récent ouvrage «Paul Gauguin et la Bretagne», sans oublier de nombreux articles et préfaces d'expositions.

Influence sur l'art contemporain

Quant à Caroline Boyle Turner, directrice de la Pont-Aven School of contemporary art, elle est bien connue des Pouldusiens qui ont pu suivre ses deux remarquables conférences sur Gauguin en 2000 et 2002. Beaucoup avaient regretté de ne pouvoir profiter de son érudition sur l'histoire de l'art, et en particulier concernant le mouvement «Ecole de Pont- Aven... et du Pouldu». Elle racontera la fin misérable du peintre. Gauguin avait beaucoup d'influence sur des peintres rencontrés à Pont-Aven et au Pouldu, comme Émile Bernard et Sérusier, mais cette influence ne s'est-elle pas prolongée au-delà ? En illustrant ses propos de diapositives, la conférencière examinera des oeuvres de Matisse, Kirchner, Jawlensky et d'autres artistes du 20 e siècle, afin de déterminer l'influence de Paul Gauguin aujourd'hui dans l'art contemporain en Europe, aux Etat-Unis et jusqu'en Polynésie

 

 

 

 

source le télégramme du 19 juillet 2003

Commenter cet article