Eclairage sur Le Musée du Faouët et ses collections 1/4

Publié le par ebft

Le Musée du Faouët (56) a exposé cette année pour la première fois près de la moitié de ses collections. 182 peintures, lithographies, dessins, estampes. Des oeuvres qui témoignent de la vie au siècle dernier et du regard que les peintres portaient alors sur la région. Un regard d'autant plus intéressant que le patrimoine et les paysages qu'ils ont peints sont toujours prisés des visiteurs.

Saint-Fiacre. Devant la chapelle du XVème siècle, des dizaines de randonneurs font une pause au soleil. Comme à la fin du XIXème et au début du XXème siècle, le site attire les amoureux du patrimoine. Aujourd'hui, les appareils numériques sont de sortie. Hier, les artistes posaient leur chevalet.


Les atouts du centre-Bretagne


Jusqu'à la deuxième guerre mondiale et la mort du peintre Arthur Midy, Le Faouët fut un rendez-vous d'artistes. Le député-maire Victor Robic encourageait leur venue. Les deux hôteliers avaient aménagé verrière pour les peintres et chambre noire pour les photographes. La vie bon marché, le chemin de fer, les costumes, les pardons et le patrimoine local firent le reste.
Après les premiers lithographes autour des années 1840, missionnés pour des relevés des sites remarquables, ce sont des dizaines d'artistes qui sont venus, revenus et pour certains se sont installés dans la petite commune du centre Bretagne.


Panorama du Faouët


Cette effervescence a donné naissance à une collection municipale, enrichie par des dons et des acquisitions depuis la création du musée en 1987. L'exposition « Les collections sortent de leur réserve » investit l'ensemble des salles de l'ancien couvent des Ursulines. Elle offre un panorama du travail des artistes du Faouët. En 182 oeuvres, elle est ainsi une page d'histoire de l'art et une plongée dans la vie locale d'il y a un siècle. Elle est aussi une invitation à la promenade dans le paysage d'aujourd'hui : si les peintres d'hier ont tant aimé ce lieu, il vaut sûrement qu'on y pose les yeux encore aujourd'hui.


L'occasion pour nous de vous faire partager également le reportage vidéo de Catherine Lozac'h, rélalisé à cette occasion.





Source Le télégramme

 

Publié dans musée du Faouët

Commenter cet article