Précisions sur Meijer de Haan 5/8: La Bretagne

Publié le par ebft

branche-de-lilas.gif

Meijer de Haan (1852-1985), Branche de lilas dans un verre, pomme et citron1889-1890, Huile sur toile H. 39,5 ; L. 32 cm Collection particulière© DR

 

La Bretagne

 

Les premier temps en Bretagne se révèlent particulièrement difficiles pour Meijer de Haan. Sa correspondance traduit une humeur sombre. Il souffre des intempéries et ne parvient pas à travailler. Il n'a sans doute pas de problème financiers, mais son mode de vie et son milieu d'origine sont en totale contradiction avec sa nouvelle situation, ce qui le laisse dans une impasse.

Sans doute motivé par l'exposition des peintres symbolistes et synthétistes au Café Volpini, De Haan revient brièvement à Paris au mois de juin. Il découvre émerveillé plus d'une centaine d'oeuvres de Gauguin, Bernard ou encore Schuffenecker, et comprend avec quelle audace ils abordent la couleur et la forme. C'est animé d'une nouvelle ardeur qu'il retourne en Bretagne, bien décidé à apprendre de Gauguin ce qu'il nomme "l'impressionnisme".

S'ouvre alors la période la plus productive du séjour en France de De Haan. Gauguin ne supportant plus l'ambiance de Pont-Aven, petit village pittoresque envahi de peintres, les deux hommes partent s'installer au Pouldu, un hameau désolé situé en bord de mer.

 

Source Musée d'Orsay

Publié dans meyer de haan

Commenter cet article