Précision sur "Trois Bigoudènes dans la forêt" de Georges Lacombe

Publié le par ebft


Georges Lacombe (1868-1916) Trois Bigoudènes dans la forêt, 1894-1895
Tempéra sur toile - 46 x 61,5 cm Quimper, Musée des Beaux-Arts
Photo : Musée des Beaux-Arts de Quimper

Elève de l'Académie Julian dès 1890, Georges Lacombe y fut le condisciple d'Emile Bernard et de Paul Sérusier en 1892. Sculpteur et peintre, il adhéra très rapidement au Synthétisme, fortement marqué par l'art de Paul Gauguin, qui allait dans le même sens que ses propres recherches et que Sérusier avait formalisé dans Le  Talisman (1888, Musée d'Orsay). Le tableau que vient d'acquérir le musée breton date de 1894-1895, peu de temps après la propre rencontre de Lacombe et de Gauguin, et est fortement marqué par ce dernier.


Résidant à Versailles dans une famille aisée, le peintre Georges Lacombe  n'avait, par ailleurs, pas besoin de peindre pour vivre. Il ne fréquentait guère les marchands, vendait très peu de ses toiles ou sculptures. Il séjournait l'été à Camaret, un autre coin de Bretagne où l'on retrouve de nombreux artistes qui fuient les rapins (Cottet, Maufra, Rivière), mais aussi un milieu plus intellectuel, avec des écrivains comme Toudouze, des hommes de théâtre comme André Antoine. Il explore avec sa mère, peintre également, le Pays bigouden et sera un des premiers artistes à y puiser quelques sujets comme « Les trois Bigoudènes ».

Le thème de la forêt, lieu magique où se rencontrent des personnages fantastiques, est très présent, à la suite de Pierre Puvis de Chavannes, chez les Nabis et les Symbolistes. Le Musée des Beaux-Arts de Quimper conservait déjà de Georges Lacombe La forêt au sol rouge, de 1891, un an avant sa rencontre avec Sérusier. Les deux œuvres entrent parfaitement en résonance, toutes deux donnant au bois ce caractère mystérieux et un peu inquiétant. Les trois femmes assises, portant le costume traditionnel et attendant on ne sait quoi, participent de cette atmosphère étrange.

L'œuvre était passée en vente chez Christie's à Londres le 7 février 2007 (vendue £45,600, frais inclus). Elle a été acquise par le musée auprès de la Galerie du Post-impressionnisme à Paris pour un montant de 90 000 €

L'oeuvre "trois bigoudènes dans la forêt" a longtemps fait partie de la collection privée de la famille avant d'être achetée par le grand collectionneur d'oeuvres de l'école de Pont-Aven, Samuel Josefowitz. Ce dernier, âgé, a dispersé sa collection, principalement dans les musées américains. Mais c'est une galerie parisienne qui a acquis « Les trois Bigoudènes » à la vente de chez Christie's à Londres en 2007.

voir également notre article:

Samuel Josefowitz et le rayonnement de l'école de Pont-Aven

La forêt au sol rouge, Georges Lacombe, 1891


Source la tribune de l'art: http://www.latribunedelart.com


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article