Meijer de Haan. Dans l'ombre de Gauguin

Publié le par ebft

kerzellec-quimper.jpg

La vallée de Kerzellec a été peinte par Gauguin et de Haan en 1890.

 

Après Amsterdam et le Musée d'Orsay à Paris, le Musée des Beaux-Arts de Quimper accueille l'exposition «Meijer de Haan, le maître caché». L'artiste hollandais est venu peindre à Pont-Aven et au Pouldu aux côtés de Gauguin.

 

Associé depuis un demi-siècle à toutes les expositions et publications à l'école de Pont-Aven, Meijer de Haan demeure jusqu'à aujourd'hui peu connu, à tel point qu'on l'appelait encore récemment Jacob Meijer de Haan. L'exposition que lui a consacrée, à l'automne dernier, le musée historique juif d'Amsterdam et présentée successivement au Musée d'Orsay et au Musée des Beaux-Arts de Quimper, contribue largement à combler cette lacune.

Il découvre l'impressionnisme

Il a 37 ans quand il arrive à Pont-Aven et a déjà une carrière de peintre derrière lui. Chez Théo Van Gogh, où il s'est installé à Arles, il découvre la peinture avant-gardiste de l'époque. Ce dernier l'encourage à quitter l'atelier et à aller peindre sur le motif. Lors de son premier séjour en Bretagne, il loge à l'auberge Gloanec mais l'artiste «en lutte avec ses anciennes habitudes et les nouvelles» produit peu. C'est au Pouldu, entre août 1889 et octobre1890, où il décide de s'installer avec Gauguin que les deux artistes vont explorer ensemble des genres et des techniques variés. Ils prennent notamment pension à la «buvette de la plage», tenue par Marie Henry. La salle à manger de l'auberge leur sert de terrain d'expérimentation: sculptures, peinture sur bois et sur verre, fresque. Les murs et les fenêtres sont couverts de scènes colorées alternant avec des portraits dont celui de leur hôtesse Marie Henry dans «Maternité». Suite aux difficultés financières de sa famille qui décide de lui couper les vivres, Meijer de Haan quitte finalement la Bretagne. Il y laisse toutes ses toiles bretonnes et ne connaîtra jamais Ida, sa fille, que Marie Henry met au monde le 9 juin 1891. Renonçant à partir à Tahiti avec Gauguin, il meurt en effet en 1895 à Amsterdam. «C'est stupéfiant de voir comment un peintre académique devient en quelques mois complètement novateur», souligne le conservateur du Musée des Beaux-Arts, André Cariou, qui se félicite que l'exposition ait pu réunir des oeuvres de Gauguin et de Haan représentant les mêmes natures mortes et les mêmes paysages dont «La vallée de Kerzellec», une oeuvre réalisée au Pouldu en 1890.

 

Pratique Exposition «Meijer de Haan, le maître caché», jusqu'au 11 octobre au Musée des Beaux-Arts. Ouvert tous les jours (sauf mardi) en continu de 10h à 19h en juillet et août. Visite guidée de l'exposition à 15h tous les jours, du 12 juillet au 29 août. Tarifs: 4,50 EUR, 2,50 EUR pour les 12-26 ans et gratuit pour les moins de 12 ans. Ateliers pour les 7-12 ans, les lundis, mercredis (sauf 14juillet) et jeudis du 12 juillet au 12 août de 14h à 16h30 (tarif: 3,20 EUR ou deux tickets Atout-Sport. Inscription au service du patrimoine au 02.98.95.52.48).

 

 

Source le télégramme édition du 8 juillet 2010

Publié dans Beaux-Arts de Quimper

Commenter cet article