L'exposition Fantasmes et sortilèges de Paul Ranson au musée de Pont-Aven

Publié le par ebft

accrochage-paul-ranson.jpg

L'accrochage des oeuvres par Michel Siclay et dominique Pustoc'h, ici sous une tapisserie de Paul ransaon prêtée par le musée d'Orsay, "Femmes sous les arbres en fleurs"

 

C'est en partenariat avec le musée Maurice Denis de Saint-Germain-en-Laye et dans le cadre du centenaire de la mort de l'artiste, que le musée de Pont-Aven présente l'exposition Fantasmes et sortilège, consacrée à Paul Ranson (1861-1909), artiste nabi. À découvrir depuis le samedi 5 juin 2010.

 

Une création très personnelle

La sélection de la soixantaine d'oeuvres (peintures, oeuvres graphiques, tapisseries, objets, etc.), dont plusieurs inédites, provient de grands musées comme celui d'Orsay, mais aussi de nombreux collectionneurs particuliers. L'ensemble révèle une création picturale très personnelle et des plus audacieuse, tout à la fois imprégnée des théories synthétiques, des réflexions symbolistes et d'un sens décoratif affirmé.

 

Cinq grands thèmes

Cinq grands thèmes aux atmosphères troublantes et mystérieuses scandent le parcours : Ésotérisme et satanisme, Femmes sensuelles/femmes intimes, La nature symbolique, Symbolisme décoratif, Imaginaire et spiritualité. Ces thématiques reflètent l'imprégnation de l'histoire personnelle de l'artiste et de son rapport aux femmes.

 

Un des fondateurs du mouvement nabi

Fondateur du mouvement nabi aux côtés de Maurice Denis, Édouard Vuillard et Ker-Xavier Roussel, Paul Ranson affiche cependant une véritable singularité (NDLR. Le mouvement nabi regroupe les jeunes peintres indépendants qui voulaient s'affranchir de l'enseignement officiel). Les symboles ésotériques parsèment ses toiles tout en se mêlant à une nature figurée.

 

La femme, source d'inspiration

Tour à tour amante, épouse, mère ou marâtre, sorcière ou fée, la femme occupe une place centrale dans le travail de l'artiste. Parfois empreintes de d'érotisme, ses compositions présentent un caractère symboliste et diabolique. Les peintures décoratives de style Art nouveau associent formes végétales et modèles féminins.

 

 

Du 5 juin au 3 octobre, Paul Ranson, Fantasmes et sortilèges, au musée des Beaux-arts. Plein tarif : 6 €. Réduit 4 €. Gratuit moins de 18 ans. Visites guidées : + 2,50 € (les jeudis à 14 h 30 en juin et septembre et à 10 h 30 en juillet et août). Ouvert tous les jours de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h 30 en juin, septembre et octobre et de 10 h à 19 h sans interruption en juillet et août. Contact : 02 98 06 14 43.

 

www.museepontaven.fr

 

 

 

Source Ouest France édition du 3 Juin 2010

Publié dans musée de Pont-Aven

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article