L'art déco dans un appartement au Musée Départemental Breton

Publié le par ebft

museebreton.jpg

Nathalie Sarrabezolles, chargée de la culture au conseil général, Philippe Le Stum, conservateur du Musée breton et Malou Ravy, présidente de l'office de tourisme dans le séjour de l'appartement art déco.

 

L'art déco présenté dans le bel écrin d'un appartement. Une belle idée pour la toute nouvelle exposition du Musée départemental breton, qui fait sortir les collections de ses réserves.

 

S'inspirant de la présentation de l'exposition des Arts déco à Paris de 1925, le Musée départemental breton propose, à partir de ses collections, de découvrir meubles, céramiques, peintures et objets de la vie quotidienne au fil des pièces d'un appartement des années 20-30.

Une belle scénographie

À chaque ensemble mobilier correspond un style représentatif de l'époque. Dans le séjour, le géométrisme avec le magnifique fauteuil «Nominoë» de René-Yves Creston et Gaston Sébilleau, dont une réplique miniature a été réalisée à l'intention des malvoyants, témoigne du goût contemporain pour les formes géométriques. Dans la salle à manger, le ruralisme est représenté par Mathurin Méheut, mais aussi Jim Sévellec ou Paul Fouillen, qui ont dessiné les meubles. Le celtisme, dont l'ébéniste le plus représentatif fut Jacques Philippe, trouve sa place dans le bureau. Ce mouvement engage les artistes bretons à renouer avec l'héritage celtique ancien et à s'inspirer de décors puisés dans l'art irlandais du Moyen Âge. La chambre donne libre cours au bigoudénisme. L'identité bien trempée de cette région du Sud-Finistère inspira de nombreux créateurs comme Robert Micheau-Vernez ou Joseph Savina, qui fut le collaborateur de Le Corbusier. Quant au couloir, il revêt une touche d'exotisme, avec notamment de très belles pièces créées par les faïenceries de Quimper pour l'exposition coloniale à Paris de 1931. L'exposition constituée à partir de quelque 160 pièces issues des collections du musée bénéficie d'une très belle scénographie signée de l'architecte rennais ÉricMorin.

Une déclinaison en Cornouaille

«L'exposition est prévue pour s'installer dans la durée pour que le plus grand nombre de Finistériens puissent en profiter et découvrir des pièces assez rares, dont beaucoup sont habituellement en réserve», a souligné Nathalie Sarrabezolles, conseillère générale chargée de la culture. L'exposition donnera également lieu à des ateliers pour les enfants pendant les vacances et un cycle de conférences à la rentrée, ainsi qu'à une programmation de ciné concerts proposée par Gros Plan. Par ailleurs, ce thème fédérateur des Arts décos trouvera des déclinaisons dans les différents sites et musées de Cornouaille: musée des Beaux-Arts, Port-Musée de Douarnenez, musée de Pont-Aven...

Pratique Exposition du 6juin au 17avril 2011. De juin à septembre, ouvert tous les jours, de 9h à 18h. Tarifs: 4/2,50EUR, gratuit pour les moins de 18 ans. Catalogue «Quimper Cornouaille années 1920-1930» aux éditions Palantines en vente au prix de 30 EUR.

 

Source Le télégramme édition du 2 juin 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article