Expo Elléouët (4/5). La peinture sur ciment

Publié le par ebft


«Je vous aime», pigment sur ciment, 1958, par Yves Elléouët (Rennes, Musée des Beaux-Arts).

Pour ce quatrième volet de la série sur le peintre surréaliste Yves Elléouët, une oeuvre «Je vous aime» et une technique surprenante: la peinture sur ciment. Un retour à l'art primitif.

Un cadre en bois rempli de ciment frais, un enduit, et quelques pigments colorés. Voilà la base de travail du peintre Yves Elléouët. Adieu gouache, peinture à l'huile et toiles de lin. Pour réaliser son oeuvre «Je vous aime», l'artiste a choisi de revenir aux origines de la création.

Des fresques primitives

Loin d'être isolée, l'oeuvre appartient à une série de fresques sur ciment et sur papier, qui a fait l'objet d'une exposition en 1959 à la Galerie de la Cour d'Ingres, à Paris. Un travail qu'Yves Elléouët a réalisé en collaboration avec son ami, le peintre Pierre Jaouën, et qui connut un succès plutôt mitigé. Comme la plupart des surréalistes, tous deux se sont intéressés de près aux Indiens et aux arts premiers, qui mêlent la représentation de signes et de symboles et celle, très simplifiée, d'animaux terrestres et maritimes. Des formes simples, des couleurs primaires, sans aucun mélange. Le résultat offre une création mi-figurative mi-abstraite, où apparaissent, ça et là, des occurrences surréalistes.

Expérimentation

«Derrière ce retour aux origines se cache une vraie recherche de plasticien», analyse André Cariou, conservateur du Musée des Beaux-arts de Quimper. «Une expérimentation technique et des effets de matière propre au courant surréaliste». Yves Elléouët est pourtant l'un des seuls à s'être essayé à la peinture sur ciment, très contraignante. «Les pigments colorés sont immédiatement absorbés par le ciment frais, résume le conservateur. Il n'y a pas de retouche possible». Selon lui, cette démarche témoigne déjà d'un penchant pour la peinture automatique. Une technique qu'Elléouët réutilisera plus tard, dans ses peintures abstraites des années 60.

Source Le Télégramme édition du 19 Août 2009

Publié dans Beaux-Arts de Quimper

Commenter cet article