L'art est en deuil, Jean Claude Le Floch nous a quittés

Publié le par ebft


C’est avec une immense tristesse que nous avons appris la tragique disparition d’un artiste Breton dont les œuvres gravées étaient à la fois reconnaissables et surprenantes.


Jean Claude Le Floch, artiste Breton, est né à Brech le 22 mai 1945, et très jeune il se passionne pour le dessin de paysage. À 17 ans, il choisit d'entrer à l'école des Beaux-Arts de Lorient où il rencontre Yves Oternaud et Claude Huart qui dirige l'établissement. Il étudie dans cette école de 1962 à 1967. La rencontre avec une presse ayant appartenu à Adolphe Beaufrère fixe sans doute le chemin qui devait conduire Jean-Claude à la gravure. En 1969, c'est le départ pour Paris, il entre à l'atelier du taille-doucier Manuel Robbe où il s'initie à la pratique de la taille douce, puis il imprime les planches des surréalistes dont celles de Max Ernst.

Le retour en Bretagne a lieu en 1973, il s'installe à Plouhinec. Dans son atelier, où il a ramené une presse de son séjour à Paris, il travaille sur des plaques de zinc ou de cuivre qui une fois gravées sont passées sous presse, pour imprimer les encres colorées sur du papier Velin D’Arches. Il a trouvé son expression propre, servie par une technique de virtuose, pointe sèche, eau-forte et surtout aquatinte, qui est un procédé à base de résine pulvérisée, qui a donné une autre dimension à son oeuvre en lui permettant de jouer sur une infinie variété de nuances colorées, mouvantes comme l'eau de la mer et la couleur des nuages.

A partir de 1975, il numérote ses premiers tirages personnels et les organises en variations : « ses opus »

Le pas est franchi en 1988, quand Jean-Claude Le Floch abandonne l'artisanat pour se consacrer à sa propre recherche.

Une complicité avec des écrivains, des poètes, la rencontre de textes l'ont amené à réaliser de nombreux livres illustrés et gravés. L'oeuvre de Jean Claude Le Floch nous donne à voir par sa construction, pleine de lignes de force, son chromatisme subtil, nuancé, des variations, opus ou des éléments naturels sont transfigurés par l'alchimie personnelle du graveur.

Il enseignera l’art de 1986 à 1988 à l’école des Beaux arts de Lorient et pendant plus de vingt ans au Manoir de Trussac à Vannes.

Il prend une retraite bien méritée en Juin 2005, et décide de quitter la Bretagne pour l’Yonne suite à un coup de cœur pour une maison dans la campagne du village de Saint-Fargeau.

L’inspiration le quitte pendant son séjour en Bourgogne et il décide de venir faire revivre sa presse à Kerguérizen en Meslan.

Ses expositions l'ont mené de Paris en Hollande, en Allemagne, en Espagne, en Suède et en Israël. Ses œuvres sont dans les collections des musées et bibliothèques publiques.



Pour moi, le travail est tout d'abord instinctif, le contact direct avec le cuivre est nécessaire, entrer en matière dans tous les sens du terme. Je procède par réserves (très libres et larges) au vernis: ces zones en creux et en relief me donnent la direction à prendre pour les morsures successives en employant les diverses techniques Pour l'encrage de mes cuivres, je commence toujours par utiliser toute la surface gravée avec plusieurs couleurs et le jeu de contraste ou de dégradé se fait en fonction de chaque planche. J'utilise souvent la même planche deux fois afin de créer le relief, mais chaque épreuve est différente par souci de réaliser des variations sur un thème, je change donc ma palette pour chaque nouveau tirage.

J-C Le Floch


Biographie :

1945     Naissance le 22 Mai à Brech

1962     Elève à l’école des Beaux Arts de Lorient jusqu’en 1967

1969     Départ pour Paris dans l'atelier du taille-doucier Manuel Robbe

1973     Retour en Bretagne à Plouhinec

1975     Premiers tirages personnels numérotés

1985     Enseigne l’art aux enfants et aux adultes à Vannes au manoir de Trussac

1986     Enseigne l’art à l’école des Beaux Arts de Lorient pendant deux ans

1994     Exposition Hôtel de ville Lanester

1997     Salon de la petite édition, Quimper
               ''60 graveurs'' Centre d'art Passerelle, Brest

1998     Musée de la Cohue, Vannes

              galerie Ovadia, Nancy

              Bibliothèque Condorcet Montivilliers

              Galerie Passerelle du Blavet, Hennebont.

1999     Manoir de Kerazan, Loctudy

              galerie Saint Aignan du Cher

2000     Manoir de Kernault, Mellac

2001     Horizons Musée de la Cohue, Vannes

2002     Hôtel de ville Lanester

              Bibliothèque municipale Kervignac

              Mémoire ouvrière, Lorient

2003     Chapelle Saint Pierre Port-Louis, Chapelle d'Arradon

2005     Galerie du Faouëdic, Lorient

2008     L'atelier Coryan'Art, Le Faouët

              Village de Poul-Fetan, Quistinic

2009     Espace Michel Thersiquel, Bannalec

 

               Décède le jeudi 20 août 2009

 

Bibliographie :

Matin poèmes, et gravures de l'artiste

Le Colporteur, texte de Christian Bobin

La Soif, poèmes de Charles Juliet

Amers, 3 gravures, texte d'Alain Jégou, Atelier Landsable

Harcèlement du vide, texte de J.P. Begot, Atelier Landsable

Alchimie de l'épave, texte de C. Madézo Atelier Landsable

Un solitaire exercice d'incertitude, de B. Viel, Atelier Landsable

Laisses du Magouëro, texte de C. Madézo, Atelier Landsable

Horizons, texte d'Alain Le Beuze, Atelier Landsable

Ouessant, texte d'Alain Le Beuze, Atelier Landsable

Solitude du Sable, texte de Thierry Le Saëc

Suite ''pointe à plume'' 24 auteurs.

 

Oeuvres dans les musées et collections publiques :

Musée de la Cohue, Vannes

Musée des Jacobins, Morlaix

Fond Régional D'art Contemporain de Bretagne

Bibliothèque Nationale de Paris

 

Bibliothèques municipales :

Quimper, Lanester, Lorient, Rennes Nantes, Brest, Hennebont,

Montbéliard, Mulhouse, Toulouse, Courbevoie, Dijon, Lyon,

Arras, Roubaix, Valenciennes.

Publié dans divers

Commenter cet article

houel 13/03/2010 19:35


Je suis très triste d'apprendre son décès, par google, car j'ai eu le bonheur de le connaître lors de vacances et il a ouvert mon horizon en m'apprenant la gravure. Il était si agréable à
fréquenter pour son ouverture d'esprit et ses dispositions à voir nos capacités et à nous mener sur le bon chemin. On ne peut pas l'oublier.


Maison Marie Henry 13/03/2010 22:56


merci pour votre témoignage qui prouve que Jean claude est toujours présent dans nos coeurs


damak leila 10/09/2009 12:05

Ancienne élève de Jean-Claude ainsi que tous les membres de l'Association Gravure, nous rendrons un hommage à cette magnifique personne ce soir, au vernissage de notre exposition de gravures, qui se tiendra à l'IUT de Vannes. Il restera à jamais gravé dans nos coeurs... nous lui devons notre passion pour la gravure tout simplement.
Amituiés, Leïla.

ebft 10/09/2009 15:52


merci pour votre commentaire et votre hommage à l'artiste