Éclairage sur une nuit magique au musée de Pont-Aven

Publié le par ebft


Le musée participait, pour la troisième fois, à la Nuit des musées, samedi. Estelle Guille-des-Buttes-Fresneau, le conservateur, espérait par le biais de cet événement, séduire « un public autre et plus jeune », en proposant un programme original et varié. Ses voeux ont été exaucés. De 5 à 80 ans, plus de 300 visiteurs, ont fait vivre les lieux avec beaucoup d'intérêt, et de bonne humeur.

Dès 18 h, les enfants ont participé à l'atelier d'arts plastiques, animé par Ann Stouvennel, autour de l'oeuvre d'André Raffray. Une vingtaine de dessins ont été réalisés par les jeunes artistes. Simultanément, Marie-Paule Piriou, historienne de l'art, animait une conférence, ayant pour thème, Femmes peintres en Bretagne, l'art féminin n'est-il qu'un art d'agrément ? auprès d'une salle comble d'une centaine de personnes. À l'appui d'un panorama, riche de portraits et d'oeuvres, la conférencière, a retracé les grandes lignes de la création féminine en Bretagne, du XIX e siècle à nos jours, retenant toute l'attention du public durant presque deux heures.

Nouvelle lecture des chefs-d'oeuvre

« André Raffray, est très souffrant, et ne peut être ici ce soir. Mais il est là par le coeur et l'esprit. » Catherine Elkar, directrice du centre régional d'art contemporain, était seule pour présenter l'oeuvre de l'artiste, très attendu du public, Le Christ vert de Paul Gauguin. Elle a cependant, superbement présenté le diptyque, livrant une foule de détails sur le parcours artistique, « d'un jeune artiste de 80 ans », expliquant l'état d'esprit, d'André Raffray, et les techniques qu'il utilise, pour réaliser ses tableaux. « Je n'aime pas refaire, mais j'aime recommencer. » Cette phrase de l'artiste, résume bien sa démarche. Car en effet, il s'agit bien de « recommencer », en proposant une nouvelle lecture des chef-d'oeuvres des maîtres qu'il admire. Trente ans plus tard, Le Christ jaune de Paul Gauguin, réalisé à l'huile, Le christ vert, et le Calvaire de Nizon, réalisés aux crayons de couleurs, n'ont pas fini de surprendre. Stupéfiant et à découvrir, jusqu'au 20 septembre, au musée.

source Ouest France édition du 18 mai 2009

Publié dans musée de Pont-Aven

Commenter cet article