Vente aux enchères le 2 Mai à Brest, Hôtel des ventes Thierry - Lannon

Publié le par ebft



Tableaux impressionnistes et modernes


L'école de Pont-Aven et autres mouvements bretons seront particulièrement à l'honneur lors de cette vente de peinture moderne. Un artiste atypique en la personne de l'Australien John Peter Russell sortira du lot avec une toile de 1896-1908 décrivant la Baie de Goulphar sur Belle-Ile-en-Mer. Il faudra envisager 50 000/80 000 euros pour acquérir cette toile de celui qui fut l'un des amis de Claude Monet ou d'Henri Matisse, tandis que 30 000/50 000 euros seront nécessaires pour emporter Le Croisic, entrée des bateaux de Maxime Maufra. Au nombre des disciples de Paul Gauguin et des adeptes du groupe des nabis, nous retiendrons en premier lieu Émile Jourdan, le plus fidèle à Gauguin, qui restera attaché toute sa vie aux préceptes du synthétisme. Ce natif de Vannes, installé à Pont-Aven parmi les premiers aux côtés de Gauguin et de Bernard, livrera lors de cette vente un étonnant paysage de 1910 représentant une Petite Crique aux environs de Brigneau, le chemin rose, qui pourrait atteindre les 15 000/20 000 euros. Notons encore un Portrait de Marthe C. en Orientale d'Émile Bernard, daté de 1928 et estimé 6 000/8 000 euros. Du côté des nabis, L'Offrande de Paul Sérusier, réalisée vers 1908, sera attendue à 15 000/20 000 euros. Retenons encore pour les artistes bretons traditionnels La Remontée des barques à Porzen, pointe du Raz de Mathurin Méheut, espérée à 15 000/20 000 euros, et le Retour de pêche sur les quais à Concarneau de Fernand Legout-Gérard, à 12 000/15 000 euros. Certaines œuvres sortiront du cadre des écoles bretonnes, en particulier les Bateaux à marée basse de Bernard Buffet, évalué à 20 000/30 000 euros, la superbe Maternité de Jules Émile Zingg (25 000/30 000 euros), ou encore la Jeune Femme à la mantille jaune de Marie Laurencin, à la même estimation.



pour télécharger le catalogue de la vente (cliquez ici)

Commenter cet article