Exposition à Guingamp. Jean Renault dévoile sa fin du monde

Publié le par ebft

Il a réalisé une boîte de sardines pour la marque Capitaine Cook. Il a joué les architectes coloristes pour le centre de rééducation fonctionnelle de Kerpape dans le Morbihan. Contrairement à ce qu'on peut penser, le peintre rennais Jean Renault aime s'attaquer à des sujets sérieux, voire philosophiques. À la fois poète, penseur et agitateur, l'artiste a décortiqué l'Apocalypse, dernier livre de la Bible. En 22 tableaux de très grand format, il donne sa vision (pas forcément noire) à la chapelle des Ursulines à Lannion, jusqu'à vendredi.

Le choc des tableaux

Jean Renault est fortement inspiré par Picasso et Bacon, mais son oeuvre reste singulière. Le visiteur « se prend en pleine figure » chaque toile. « On n'aime ou on n'aime pas. Mais cela ne laisse pas indifférent », reconnaît Marine Le Tiec, étudiante chargée de la visite. Le cycle sur les cataclysmes est particulièrement fort. « Ses toiles sont très bavardes, reconnaît-on au service culturel de la ville. Jean Renault considère qu'il doit y avoir autant de peinture que d'idées dans un tableau. »

Une recherche stylistique parfois déroutante

Pour faire passer son interprétation, le peintre joue avec la symbolique des couleurs, le motif, les changements de style et de facture. Une forme blanche est utilisée comme un élément récurrent qui vient à la fois casser et dynamiser la peinture. Une dernière trouvaille ! L'ultime tableau est marqué par des collages qui font référence au 11 septembre 2001. Le message d'espoir délivré par l'artiste contient aussi une mise en garde contre la nature humaine.

source le télégramme édition du 28 Juillet 2008

Publié dans Jean Renault

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article