L'atelier de Jean Renault s'ouvre à l'Espace Mélanie

Publié le par ebft

L'atelier du peintre Jean Renault ouvre ses portes à l'Espace Mélanie durant le mois de juillet. Le vernissage de l'exposition, consacrée à ses dernières créations mais aussi à des toiles variées qui font revisiter les périodes de la vie de l'artiste, s'est déroulé jeudi soir, en présence de nombreux invités.

« L'exposition, intitulée « l'atelier de Renault », est une référence au lieu de travail du peintre, où se construisent les différentes étapes de ses oeuvres. Aujourd'hui, on se promène sur des époques et on apprécie l'aspect des toiles », soulignait Anne Girard, maire adjoint.

« Montrer l'ambiance de l'atelier... »

« On s'étonne souvent que les peintres soient bavards, mais il faut savoir que l'on est seul dans l'atelier, de 9 h à 18 h.. Alors, quand l'occasion se présente, tout se déverse », confiait avec humour Jean Renault. Trois expositions successives sont ouvertes : l'une à Clohars, avec des oeuvres anciennes; la deuxième à Riantec, consacrée à la mythologie, puis la troisième, aujourd'hui, à Riec, où c'est un virage qui est pris pour cette première exposition montée par la mairie. « Ici, je veux montrer l'ambiance de mon atelier », précisait l'artiste. « Quatre étapes sont nécessaires à la création de mes oeuvres; le choix du thème : un mot m'est venu à l'esprit, « apocalypse »... Une révélation. Je me suis attaché à savoir ce qu'il y avait derrière, c'est le mot « espérance » qui se traduit par une série de vingt-quatre grandes toiles ». « Vient ensuite le travail du dessin qui est le premier stade dans la création de la toile, puis l'étude au crayon, à l'encre, et c'est le découpage dans la tête qui laisse place à l'expression... », poursuivait Jean Renault. L'artiste présente aussi des toiles variées, décrivant les périodes de sa vie, notamment le site de Porsac'h, un coin, comme il l'a souligné, chargé de sens, « la vie, l'amour et la mort... » .

source le télégramme édition du 3 juillet 2006

Publié dans Jean Renault

Commenter cet article