La vie d'artiste expliquée par Jean Renault

Publié le par ebft

Annick et Jean Renault sont parfaitement connus, et pourtant, rien n'indique l'existence d'un atelier de peinture au village de Kerguivarec, à Clohars-Carnoët, où ils demeurent. 25 élèves de sixième venus du collège des Sables-Blancs et accompagnés de leurs professeurs ont écouté religieusement Renault qui leur raconte la peinture.

Jean Renault a raconté aux collégiens des Sables-Blancs ce qu'est la vie d'un artiste et comment il travaille. Il faut tout d'abord un cadre pour y tendre la toile : «Je monte mes cadres moi-même et pendant ce temps, je réfléchis à ce que je vais y mettre».

Le jeu des questions

Les élèves ont posé de nombreuses questions à l'artiste : «Le cadre, la toile, la peinture, les pinceaux, combien ça coûte tout ça ? Combien de toiles vous vendez ? Et comment vous faites pour vivre ?» Alors, M. Renault se lance dans une explication très rationnelle, une grande feuille de papier posée sur son chevalet en guise de tableau. Dans son discours aux jeunes Concarnois, Jean Renault s'est efforcé de montrer l'importance de l'imaginaire pour réaliser la «représentation» d'un concept. Pour cela, il s'est appuyé sur une série de toiles, en cours d'exécution, destinées à illustrer l'Apocalypse, décrite dans la Bible. L'oeuvre comprend trois parties : l'avertissement divin, l'apocalypse proprement dite, suivie de l'espoir d'un nouveau monde.

Un après-midi avec Gauguin

A voir les visages éclairés des adolescents, nul doute qu'ils se souviendront de l'artiste. D'autant que celui-ci a continué à leur distiller son cours sur l'art en l'émaillant d'anecdotes tout au long du pique-nique qui s'est déroulé sur le site de la «Roche Percée». L'après-midi s'est poursuivi par une balade commentée sur le chemin des peintres, au Pouldu. Une nouvelle tranche d'histoire de l'Art dans laquelle Gauguin a occupé la première place. Et, racontée par Jean Renault, cette histoire-là est loin d'être ennuyeuse.

source le télégramme édition du 10 Juin 2005 

Publié dans Jean Renault

Commenter cet article