Précisions sur Jean Le Corronc :

Publié le par ebft

Nous avions indiqué lors de notre précédent article sur le tableau « élévation I » de filiger, qu’il appartenait à Jean Le Corronc, l’occasion pour nous d’apporter quelques précisions …

(cliquez sur les images pour les agrandir)

Jean Le Corronc est né à Malerand, petit village breton situé entre Baud et Pontivy.

Il s’installe à Pont-Aven en 1905 après avoir appris le métier de sculpteur ébéniste à Lorient. C’est alors qu’il se fait connaître comme décorateur, architecte d’intérieur et antiquaire auprès de la clientèle des bords de l’Aven qui faisait construire de somptueuses propriétés.


A partir de 1912, il organise des expositions au moulin de Rosmadec, réunissant ses amis peintres, qui avaient été aussi ceux de Gauguin : Henry Moret, Emile Jourdan, Gustave Loiseau, Charles Filiger, Roderic O’Conor.



Jean Le Corronc qui est locataire du moulin, refait les intérieurs et la décoration, et y installe une crêperie avec licence de boissons. L’hiver il achète du mobilier, de la faïence, des tableaux et des bibelots pour les vendre aux clients de sa crêperie qui ne pouvaient récupérer leurs biens qu’à la fin de la saison touristique.



Il construit une maison au N°20 de l’actuelle rue du général de Gaulle, qui deviendra par la suite la pharmacie Bayou. C’est à l’étage de cette maison que Gustave Loiseau réalisera le tableau « Rue à Pont Aven » qui sera également vendu à l’hôtel Drouot le 30 Octobre 1995.









Sa fille unique Marcelle Le Corronc, divorcée sans enfants, a décidé par testament de faire disperser à Paris la collection de son père qu’elle sut si bien préserver toute sa vie dans son appartement à Lorient , rue du Faouédic, près de la place Aristide Briand.

 

"Rue à Pont-Aven" Gustave loiseau

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article