Les Goémoniers, d'andré Jolly, en dépôt au musée de Pont-Aven

Publié le par ebft




La première exposition consacrée à André Jolly s'est tenue au musée de Pont-Aven, au printemps 2005. Une nouvelle oeuvre remarquable de l'artiste, Les Goémoniers, huile sur toile, datée de 1908, dont la scène est située à Raguenez à Névez, viendra désormais compléter le mur André-Jolly, pour une durée de deux ans. La composition et les aplats colorés de l'oeuvre japonisante rejoignent bien les préoccupations des artistes de l'école de Pont-Aven et des peintres Nabis. Une ligne dynamique parcourt l'ensemble du paysage dont la perspective est abolie. Les personnages, minutieusement égrainés le long du rivage, vaquent à leurs occupations, suivant une multitude de saynètes réparties sur la rive. En 1908, l'oeuvre a été offerte par l'artiste à M e Correleau, notaire, afin de le remercier d'avoir fait grâce de ses honoraires pour l'achat d'un terrain à Névez. Après avoir traversé l'Atlantique, 100 ans plus tard, l'oeuvre est de retour au berceau de sa création, à quelques mètres de la pension Correleau. Un retour que l'on doit à Hervé Duval, marchand d'art, mais aussi collectionneur, qui a acquis l'oeuvre fin 2008. « C'est un tableau que je souhaite garder. Et il est mieux au musée que chez moi. » Daniel Le Feuvre et Annie Montoro, descendant d'André Jolly, ont par ailleurs confié au musée l'ensemble des esquisses préparatoires de l'oeuvre : repérage du site, couleurs notées avec précisions, carnet comprenant une esquisse pour chacun des 47 personnes de l'oeuvre, et la mise en place des personnages. Cet ensemble sera visible, lors de l'exposition consacrée à Maurice Denis, en juin.

Le communiqué de presse du musée de Pont-Aven (cliquez ici)

source Ouest France édition du 16 mars 2009

Le catalogue de l'exposition 2005 consacrée à l'artiste est disponible au musée au prix de 22 €.

André Jolly:
Né à Charleville, il commence sa carrière de peintre en autodidacte à Paris puis en Bretagne. En 1905, il séjourne à Pont-Aven, y rencontre Henry Moret qui l'initie aux théories de Gauguin puis il s'installe définitivement à Névez (Finistère).
Jolly peint des toiles entre impressionnisme et synthétisme qu'il expose à partir de 1906 au Salon des Indépendants.

Dans les années 1910, il stylise des compositions d'esprit décoratif, riches de tons purs, dans l'esprit des Nabis.


Pour plus d'informations voir les précédents articles sur notre site:

andré jolly (cliquez ici)



Publié dans musée de Pont-Aven

Commenter cet article