Qui pourrait être contre un projet culturel ?

Publié le par ebft

Lors du dernier conseil municipal, la gestion de la Maison Marie Henry est passée en régie municipale, c'est-à-dire que cette activité sera exercée par un organisme qui aura sa propre structure et une autonomie financière et que la gestion se fera pour le compte de la commune sous la responsabilité d’un directeur nommé par le maire, avec des salariés privés.

Le coût de cette décision ne sera pas sans conséquence sur le budget de la municipalité et par déduction sur les impôts…

 Un défenseur de « la culture » et de notre association s’est exprimé lors de ce conseil, nous avons jugé opportun de retranscrire cette déclaration de René Le Floc’h, ceci afin de permettre aux adhérents et aux Cloharsiens d’apprécier les méthodes municipales :

 


 

Qui pourrait être contre un projet culturel ?

 


Le problème est que l'on parle beaucoup de culture sans jamais avoir défini ce mot. Je vais m'y essayer.

Pour moi la culture est tout ce qui nous différencie du règne animal. La culture qui est une spécificité humaine possède donc les grandeurs et les fragilités de la nature humaine. Elle engendre le meilleur mais aussi le pire. En ce sens elle est comparable à la liberté et à l'instar de Mme Roland au moment où elle montait à l'échafaud nous pouvons dire que de crimes on commet en son nom" !

La CULTURE  à l'image de la langue d'Esope, peut être la meilleure et la pire des choses.

 Bien évidemment nous souhaitons qu'elle devienne la meilleure des choses et nous n'en voulons retenir que la définition de Malraux "C'est ce qui anoblit l'homme" Pour nous la culture a pour vocation essentielle d'amener l'homme à plus d'humanité en lui faisant découvrir ses capacités d'intelligence, de créativité et le sens du beau et du bon. Pour nous la culture est propre à chaque individu. Elle doit lui permettre de s'épanouir mais, l'homme étant également un être sociable, la culture doit l'aider aussi à s'épanouir au sein d'une société en lui permettant de communiquer avec ses semblables. Certes, il est bon et souhaitable que la vie culturelle soit favorisée par la collectivité afin que chacun, s'il le désire, puisse accéder aux œuvres du génie humain.  Cependant nous nous méfions comme de la peste  d'une culture organisée, codifiée et utilisée comme outil de politique partisane.

 Or, avec le projet que vous nous proposez nous avons l'impression que, peu ou prou, c'est ce qui est en train de se passer. La façon dont vous avez, avec un manque total d'élégance, et j'utilise un langage diplomatique, fait voler en éclats l'association des amis de la maison Marie Henry, ne laisse place à aucun doute à ce sujet.

Je le dis haut et fort nous ne voulons pas d'une culture destinée à favoriser l'égo des élus, nous ne voulons pas d'une culture qui serve de courroie de transmission à des finalités politiciennes, nous ne voulons pas d'une culture au coût disproportionnée par rapport aux besoins et aux  moyens de notre commune. Monsieur le maire, depuis votre élection vous vous comportez comme si avant vous rien n'avait été fait sur la commune.

 

Sachez le, vous n'avez pas plus le monopole de la culture que celui du cœur.

Nous avions une association qui depuis deux décennies avait fait un travail énorme pour faire connaître Clohars-Carnoët à travers Gauguin et ses amis. Je rappelle qu'en 2003, à l'occasion du centenaire de la mort de Gauguin ce sont 13 chaînes de télévision étrangères qui sont venues à Clohars? De très nombreuses expositions ont été organisées pour faire connaître les peintres locaux ou d'autres. Le chemin des peintres a été mis en place. Bref, le Clohars culturel vivait avant vous et cela sans que cela coûte trop cher. Des bénévoles se dévouaient sans compter pour faire connaître les trésors  culturels de notre pays. Il existait un souffle, une âme. Aujourd'hui on nous propose une culture fonctionnarisée, politisée, sans âme,  et onéreuse. Nous n'en voulons pas.

Publié dans divers

Commenter cet article