Maison Marie-Henry : l'ambiance d'un autre monde

Publié le par ebft

Il existe des lieux où l'on décroche de tout. On y oublie le temps et on se laisse aller à rêver. La maison de Marie-Henry est de ceux-là. Est-ce la douceur de vivre et le calme qui s'en dégagent qui y ont attiré Gauguin et ses amis ? La réponse se trouve en visitant.

Un autre monde. C'est ce que le visiteur découvre en entrant dans la maison Marie-Henry, reconstitution historique des lieux où vécurent Paul Gauguin, Jacob Meyer de Haan, Paul Sérusier, Charles Filiger et autres artistes. Marie Henry a une histoire peu commune. Orpheline dès son plus jeune âge, elle est élevée au couvent des Ursulines à Quimperlé. A 18 ans, elle quitte la région et part pour Paris, où elle sera femme de chambre. A 30 ans, elle revient en Bretagne. Avec ses économies, elle ouvre la «buvette de la place» au Pouldu.

Retrouver le calme

En octobre 1889, Paul Gauguin et Jacob Meyer de Haan arrivent. Gauguin, voulant fuir Pont-Aven et retrouver un peu de calme, se réfugie au Pouldu. Durant l'hiver, ils décorent murs, portes, vitres et plafond de la salle à manger. Ils se livrent aussi à quelques facéties. Gauguin reprend, à sa manière, l'expression «oni soie ki mâle y panse»... Peut-être jaloux de la relation entre son camarade hollandais et la maîtresse des lieux, Gauguin peint les portes de la salle à manger. Sur la première, il se représente en ange. Sur la deuxième, il représente Meyer de Haan en diable. Plus romantique, Meyer de Haan peint sa dulcinée, surnommée «Marie poupée», en hommage à sa beauté. Une oeuvre pleine de douceur qui se retrouve accrochée dans la fameuse salle à manger. En 1893, Marie Henry part et vend la buvette, dans laquelle Gauguin avait pris pension, où le rejoindront Sérusier puis le mystique Filiger. N'étant pas riche, Gauguin payait en offrant ses tableaux à la propriétaire des lieux. Marie Henry a ainsi collecté 130 oeuvres.

Reconstitution historique

Ses filles, Léa et Ida, moins attachées à l'art, disperse ce patrimoine. De travaux en transformations, la buvette disparaît. Pourtant, il y a 12 ans, la maison Marie Henry renaît. Aujourd'hui située à 10 m de l'endroit historique, elle offre au visiteur une reconstitution fidèle des lieux où vécurent Gauguin et tant d'autres peintres qui ont influencé et influencent encore l'art d'aujourd'hui. La maison Marie Henry propose un voyage hors du temps, dans un autre monde. Un monde où le visiteur retrouve les outils et éléments familiers de l'époque, et où les oeuvres des artistes sont restituées dans leur contexte.


source le télégramme édition du 19 juillet 2001

Commenter cet article