Maison Marie-Henry : l'année consacrée à Emile Bernard

Publié le par ebft


La Maison Marie-Henry, haut lieu de la peinture cloharsienne, consacrée notamment à «Gauguin et ses amis», a été, vendredi soir, le théâtre de l'inauguration d'une exposition consacrée à Emile Bernard. Avant l'inauguration, M. Taburet, grand spécialiste en peinture, et à qui appartiennent les toiles de Emile Bernard exposées, a donné à l'assistance quelques précisions sur ce dernier.

«Un coup de génie»

Dès 1886, le jeune Emile Bernard, alors âgé de 18 ans, s'est lié d'amitié avec Vincent Van Gogh, avec lequel il a étudié Dürer, les graveurs du Moyen âge, les vitraux et les calvaires bretons. En 1888, «par un coup de génie, qui n'appartient qu'à la jeunesse», selon René Le Bihan, il a révélé à Gauguin la formule plastique que celui-ci «cherchait obstinément.» «L'audacieuse peinture, «Bretonnes dans la prairie verte», a amené Gauguin à répliquer par l'inoubliable «Vision après le sermon», qui marque la rupture avec l'académisme et l'impressionnisme. Emile Bernard fut sans conteste le précurseur et le véritable initiateur de cette révolution picturale, qui, avec Gauguin et les Nabis, va tant influencer l'art du XX e siècle», a poursuivi M. Taburet.

Vingt oeuvres originales

La Maison Marie-Henry réunit cette année plus de 20 oeuvres originales d'Emile Bernard datant de cette époque, «qui nous font comprendre la géniale précocité de l'artiste». En ce lieu de mémoire, bien différent d'un musée, nous retrouvons, dans leur décor, les oeuvres originales des artistes qui y vivaient ou y passaient, soit, Gauguin, Sérusier, Filiger, O'Conor, Seguin, Mauffra, Cuno Amiet, Jourdan, Bonnard, et d'autres encore, tel le Douanier Rousseau.




source le télégramme édition du 23 juin 2004

Publié dans Emile Bernard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article