Jean-Sylvain Fontaine à l'honneur à la maison Marie-Henry

Publié le par ebft

jean-sylvain-fontaine-mmh.jpg
Ellen Fontaine est ici entourée, de gauche à droite, de Jean Renault, du maire de Clohars, René Le Floc'h, de Claude Huart, et Joël Chenot, adjoint

Samedi 10 avril 2004, la maison Marie-Henry, au Pouldu, à Clohars, a été le théâtre de l'inauguration d'une exposition de peinture organisée en hommage au peintre Jean-Sylvain Fontaine, récemment décédé. Cette exposition a été initiée par Mme Esculier, une voisine et amie du couple que Jean-Sylvain Fontaine formait avec son épouse, Ellen, à la ferme de Kerzellec, l'un des hauts lieux de la peinture à Clohars. Un peintre secret Pour Mme Esculier, «Jean-Sylvain Fontaine était très secret, il ne se livrait pas. J'ai eu la révélation de son talent il y a peu, lorsque j'ai vu la quantité de toiles qu'il avait réalisées et du grand talent qu'il manifestait. J'ai donc contacté le président des Amis de la maison Marie-Henry, Jean-Michel Soichot, qui a fait diligence pour mettre en oeuvre cette exposition qui rend justice à cet artiste et homme remarquable». 40 toiles exposées L'exposition a été inaugurée par le maire, René Le Floc'h, entouré d'adjoints et de conseillers, la veuve du peintre, Ellen, deux peintres cloharsiens reconnus, Jean Renault et Claude Huart, des amis de la famille et d'amateurs de peinture. Parmi les 40 toiles exposées, on remarque notamment celles qui représentent «Gauguin et Meyer de Haan à la ferme de Kerzellec », une huile de 1991, «La mer à Doëlan», une huile de 1987, ainsi que de nombreux paysages du Pouldu. Certaines pensées du peintre y figuraient également, telle celle-ci, «Le paysage, c'est pour moi... un souvenir. Je ne travaille jamais en extérieur... Je prends des notes... et c'est dans mon atelier, loin des regards indiscrets, que j'élabore lentement ma toile». Inaugurant l'exposition, René Le Floc'h a remercié les donateurs. «Cela lance de la meilleure façon la saison culturelle. Jean-Sylvain Fontaine a perpétué la lignée de ces peintres qui, tels «Gauguin et ses amis», ont séjourné dans la commune et ainsi contribué à sa renommée».




source le télégramme édition du 15 avril 2004

Publié dans divers

Commenter cet article